Pourquoi les logiciels libres ?

mardi, 5 septembre 2006


(9 votes, Note: 3,67 sur 5) 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading...
Catégorie: Creative Commons,Divers
par J.Ducastel , publié sous licence Creative Commons
Nombre de lectures: 177 views
3 Commentaires

Je n’utilise pas MSN, mais ICQ et Jabber (jabber.org). Je n’utilise pas MS Office, mais Open Office voire Abiword. Je n’utilise pas Internet Explorer mais Firefox, pas Outlook/Outlook express mais Thunderbird, Sunbird et Psi. J’utilise Windows Je n’utilise plus Windows, mais linux (une ubuntu dapper drake). Pour ce qui est du développement, je donne la préférence à PHP sur ASP, à MySQL sur Access (pffrt)(PostgreSQL a l’air pas mal non plus), à Apache sur IIS (re-pfffrt).

On m’a demandé : Mais pourquoi détestes-tu autant Microsoft ? Et la réponse est que, surtout, je lui préfère l’open-source, voire le libre, et ce pour des raisons à la fois idéologiques et pragmatiques :

Le coût

Les logiciels libres ou open-source ne sont pas toujours gratuits, mais c’est souvent le cas et pour ce qui est des premiers, en faire une copie de redistribution est autorisé par la licence; ce qui dans le cas des logiciels propriétaires s’appelle du piratage. Quoi qu’il en soit, Un logiciel libre est gratuit une fois qu’il a été payé, ce qui signifie qu’une fois le coût de développement pris en charge, que ce soit par le développeur independant qui oeuvre bénévolement, ou par une entité salariant les développeurs, il n’y a pas de licence à payer pour l’utiliser ni pour le redistribuer. Souvent, un logiciel libre est developpé non pas pour sa distribution mais pour son usage, parce qu’il répond à un besoin particulier. Il est ensuite distribué en tant que logiciel/libre :

  • Parce que son producteur n’est pas un éditeur de logiciel
  • Parce que ça ne coûtera pas plus cher
  • Parce que cela permet de le faire améliorer par quelqu’un d’autre
  • Parce que ça peut rendre service

Il y a une vraie logique de mutualisation des coûts derrière la production/l’utilisation de logiciels libres. C’est particulièrement adapté, par exemple, pour le secteur public.

Oh, et la gratuité réelle, en soi, est aussi un motif idéologique et subversif de choix d’un produit :

Pourquoi la gratuité?

Parce qu’elle existe. Parce qu’elle est l’inverse du marché qui se présente aujourd’hui, de façon si pesante, comme l’horizon du projet humain. Parce qu’elle provoque, là où elle se déploie, une sympathie presque générale. Parce que la permanence d’espaces de gratuité enfonce un coin dans la toute-puissance de l’argent.

— Jean-Louis Sagot-Duvauroux, Pour la gratuité

La liberté

microsoft a évolué, et vous ?Vous lisez bien : Microsoft traite ses utilisateurs de dinosaures, parce qu’ils n’utilisent pas la dernière version de leurs logiciels. Il semblerait que de version en version, ils soient moins enthousiastes à payer de nouvelles licences pour, fondamentalement, les même programmes. Il est possible que le principal dispositif de contrôle et de fidélisation utilisé par cette compagnie (et toute autre dont les logiciels utilisent des formats propriétaires) commence à produire au contraire un effet de rejet. Je parle ici de la séquestration des données des utilisateurs dans des formats fermés, propriétaires et, un comble, incompatibles entre eux. Quiconque a déjà travaillé et échangé des documents aux formats MS office connait les problèmes dû à l’usage des versions différentes de ces logiciels. Par défaut, les logiciels de la suite MS Office enregistrent dans un format illisible par les autres programmes, et illisible par les versions précédentes du logiciel !

A contrario, l’utilisation de standards et de formats ouverts, qui est la règle au sein des logiciels libre (que le format soit lui même open source est aussi, sinon plus important que le logiciel lui même le soit), garantit la liberté de l’utilisateur qui peut dès lors choisir un logiciel sur… la qualité de son interface et ses fonctionnalités, plutot que par obligation. Et la liberté de modification du logiciel non seulement permet à celui qui le peut de l’adapter pour ses propres besoins, mais donne également une bonne assurance quant à sa pérennité… il suffit de quelques développeurs pour faire renaitre un bon projet de ses cendres !

Le projet communautaire

Le premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa de dire: Ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d’horreurs n’eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables: Gardez-vous d’écouter cet imposteur; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n’est à personne.

— Jean-Jaques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes


Qu’est-ce que la propriété ? […] C’est le vol.

— Pierre-Joseph Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?

Ce qui fait s’élever Rousseau et Proudhon contre le principe de propriété, c’est qu’il exclut tous les non-propriétaires d’un bien de son usufruit, à leurs yeux sans justification. Le principe (tout aussi usurpé) de propriété intellectuelle étend cette exclusion aux contenus numériques et aux logiciels alors même qu’il est techniquement possible de les dupliquer à l’infini pour que tous en profitent. Et tout comme pour les biens matériels, ce n’est pas l’auteur du logiciel qui en est propriétaire mais le capital qui l’a employé, la vente de licences devenant ainsi une rente extrêmement profitable. J’irai jusqu’à dire que le capital revend ainsi au prolétariat un peu de son propre jus de cerveau…

Les licences des logiciels libres, instituent une forme particulière de propriétélogo creative commons intellectuelle qui reconnait le droit d’auteur sans exclure quiconque de la jouissance de son art. Ainsi, au-delà du domaine des logiciels, existent des licences dites copyleft (par opposition au copyright), telles que la gamme de licences Creative Commons ou la licence art libre. Les partisans des logiciels libres sont souvent traités de communistes, certains s’en offusquent, d’autres pas ;o) Les supporters de Creative Commons lui préféreront le terme de commonists, moins connoté politiquement tout en conservant l’idée de bien commun et de propriété collective.

Au-delà de la remise en cause, évidente, de certains fondements idéologiques du capitalisme tels que la propriété intellectuelle, l’établissement de monopoles et le racket sur la creation; ce qui séduit les développeurs est souvent un attachement mi-pragmatique mi-idéaliste à la recherche de l’efficience en programmation, d’un point de vue global.

De même que le scientifique, le programmeur réclame un libre accès à l’information dans le cadre de son travail : des standards et protocoles ouverts, clairement documentés sont un prérequis pour faire interagir correctement les logiciels et les ordinateurs. Le hacker est ainsi celui qui va rendre publique l’information qui ne l’est pas, décortiquant les arcanes de l’informatique propriétaire pour le bénéfice de la communauté. Par exemple, c’est l’analyse des formats secrets non documentés de MS office qui permet la manipulation de ces documents par Open Office.

Si j’ai vu loin, c’est que je me tenais sur les épaules de géants.

— Isaac Newton

De même, la plupart des logiciels se composent d’assemblages de routines, de taches et de fonctionnalités communes qu’il est rageant, à la longue, d’avoir à réécrire encore et encore; ou de tout simplement savoir que des milliers de programmeurs ont déjà résolu ces mêmes taches; qu’en somme, d’un point de vue global, une quantité faramineuse de travail est gaspillée à réinventer la roue. Ce que permet le logiciel libre est tout simplement de ne pas reprendre le travail à zéro mais de tous profiter du fonds commun de briques et d’outils et d’aller directement à l’essentiel, à la valeur ajoutée. Par exemple, de rajouter directement les fonctionnalités requises à un logiciel plutot que de commencer par réécrire toutes les fonctionnalités de base.

Bien sûr, percevoir et bénéficier des avantages de la coopération sur la compétition nécessite un sens de la communauté, une vision qui aille au-delà de l’individu/entité individuelle… et du profit qu’engendre l’appropriation, le contrôle et la location de… l’esprit humain (qu’il s’agisse simplement de code source tenu secret ou pire, de brevet logiciel – d’interdiction d’utiliser un concept). Pour finir, je terminerai sur une de mes désormais récurrentes citations de Korzybski :

Il est un fait étrange au premier abord, mais néanmoins véridique, que les êtres humains ne meurent pas. Leur corps meurt, mais leurs réalisations demeurent une source exponentielle de pouvoir traversant le temps. Tous nos précieux acquis scientifiques, toute notre richesse accumulée dans tous les domaines, sont des use-values qui nous ont été léguées par les générations disparues; des trésors de l??humanité produits pour la plupart dans le passé, et conservés pour nous, par cette spécificité humaine qu??est la transtemporalité. Que le dessein de la vie et le progrès du développement de ce trésor soit si souvent freiné, détourné de son cours naturel ou perdu, est dû à l??ignorance de la nature humaine, à la spéculation métaphysique et au sophisme. Ceux qui, intentionnellement ou non, freinent l??avancement de l??humanité à une progression arithmétique sont les véritables ennemis de la société; car ils maintiennent les sciences et les institutions à un rythme bien inférieur au potentiel du cours naturel des choses. Les conséquences en sont des violences sociales récurrentes, guerres et révolutions.

Alfred Korzybski, Manhood of Humanity

Quelques liens

Publié initialement sur fredbird.org en juin 2005, sous licence CC-BY

3 Commentaires sur 'Pourquoi les logiciels libres ?'

Suivit des commentaires: RSS

  1. le mardi 5 Sep 2006 a 11:51

    Joli…
    Voila ce que j’appelle une belle prose 😀

  2. le vendredi 8 Sep 2006 a 10:38

    Très bon article 🙂

  3. le vendredi 8 Sep 2006 a 11:43

    Pourquoi le libre ?…

    J’ai lu un article sur Génération Libre que je trouve très interressant, il est intitulé "Pourquoi les logiciels libres ?", il parle autant du coté économique que du coté idéologique. En sommes il est à lire !…